Table of Contents Table of Contents
Previous Page  9 / 20 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 9 / 20 Next Page
Page Background

les plus grands employeurs de la région

Jean-François Guillet

jean-francois.guillet@lavoixdelest.ca

GRANBY— L’équilibre. C’est ce

que veulent rétablir les diri-

geants du Centre intégré uni-

versitaire de santé et de servi-

ces sociaux (CIUSSS) de l’Estrie

en atténuant la pénurie de

médecins dans les hôpitaux de

Granby et de Cowansville.

Dans la région, les omniprati-

ciens consacrent 42 % de leurs

plages horaires à la pratique

dans les hôpitaux. On assiste

toutefois à une certaine mou-

vance chez les médecins depuis

quelques années, tant au Cen-

tre hospitalier de Granby qu’à

B r ome -Mi s s i s quo i - Pe r k i n s

(BMP), a indiqué en entrevue la

D

re

Raymonde Vaillancourt, chef

du département régional de

médecine générale du CIUSSS

de l’Estrie.

Or, la Fédération des médecins

omnipraticiens du Québec, de

concert avec le ministère de la

Santé, a récemment revu les

normes encadrant le nombre

d’heures hebdomadaires obli-

gatoires pour les médecins dans

les hôpitaux. Depuis le 1

er

sep-

tembre, ces heures peuvent se

faire dans les cliniques. Cette

réalité pourrait donc accentuer

la pénurie d’omnipraticiens

dans les établissements de soins

de santé. « Il y a des médecins

à Granby qui veulent sortir [de

l’ hôpital] pour faire plus de

prise en charge de patients [en

clinique]. Ça amène un certain

déséquilibre. On voit aussi une

pénurie de médecins en pre-

mière ligne. Les patients orphe-

lins s’accumulent au niveau des

guichets d’accès », a soutenu

M

me

Vaillancourt.

Autre variable non négligeable

dans l’équation, la répartition

des finissants en médecine à

travers la province ne comble-

ra pas entièrement les besoins

dans la région. « Sur les 383 doc-

teurs au Québec qui terminent

leurs études, le CIUSSS aura

droit à 15. Ce n’est pas beau-

coup. Au total, on a besoin d’une

vingtaine [d’omnipraticiens]. »

Sept médecins dans la

région

À BMP, les besoins les plus

cr iants sont à l’urgence, où

deux postes de médecins sont

à pourvoir. Du côté du CHG, les

dirigeants du CIUSSS devront

re c r u t e r c i nq doc t eur s. « À

Granby, on veut prioriser l’hos-

pitalisation plutôt que l’urgen-

ce e t l’obsté t r i que. On veut

éviter une rupture de services »,

a précisé la D

re

Vaillancourt.

« Pour les nouveaux méde-

cins, la majorité des régions

de la Montérégie et de Mon-

t r éa l on t mi s p r e s que t ou -

tes leurs obligations (postes)

en première ligne pour aider

un peu la prise en charge de

patients.De

notre côté, on va

[répartir les effectifs] moitié-

moitié, avec une implication

des médecins de première ligne

à l’hôpital », a-t-elle poursuivi.

Un comité de sélection doit

être mis en place sous peu au

sein du CIUSSS pour permettre

de répondre aux besoins prio-

ritaires concernant la pénurie

de médecins.

Pénurie de médecins dans les hôpitaux

Le CIUSSS enmode action

certains employés des oppor-

tunités de carrière. « Des gens

voudront peut-être partir d’une

fonction de prévention en pre-

mière ligne vers un emploi

spécialisé ou “supraspécialisé”.

Ce sera possible parce qu’on

est associé à un établissement

universitaire. »

«On a tendance à penser que le

réseau de la santé, c’est d’abord

et avant tout un hôpital, a pour-

suivi le directeur des ressources

humaines. La Haute-Yamaska

et Brome-Missisquoi comptent

20 installations, des CLSC, des

CHSLD et plusieurs autres. Cha-

cune a sa mission. »

Gilles Michaud, directeur des ressources humaines, des communications

et des affaires juridiques du CIUSSS de l’Estrie.

— Photo fournie par

l’organisation

C9

jeudi 19 novembre 2015

laVoixdel’Est