Le Plus - page 11

Saisir les opportunités
Jointe récemment en République
dominicaine, où elle a posé ses vali-
ses depuis trois ans, la jeune femme
n’avait plus le même discours. « Je
ne pense pas revenir. Je ne me vois
plus vraiment vivre au Québec…»,
a-t-elle confié, en faisant notamment
référence à l’hiver.
Il faut dire que beaucoup d’eau a
coulé sous les ponts depuis qu’elle a
fermé un chapitre de sa vie, à 27 ans,
pour partir à l’aventure, en laissant
derrière elle sa famille, ses amis et
sa carrière de courtière en valeurs
mobilières.
Au volant de sa vieille Ford
Econoline 1989, elle s’est laissée por-
ter par le vent, sans itinéraire précis,
durant les quatre premières années.
Canada, États-Unis, Amérique cen-
trale…Arrivée auCosta Rica, Michelle
a toutefois dû se rendre à l’évidence:
sa monture ne tenait plus la route.
Là-bas, elle a saisi l’opportunité qui
s’offrait à elle d’aller en Asie. L’Europe
a aussi fait partie de son itinéraire. Au
total, la jeune femme a foulé le sol de
48 pays depuis 2003. Elle parlemain-
tenant le français, l’anglais, l’espagnol
et l’italien (elle a fréquenté un Italien
durant trois ans).
Bref, une vie intense, mouve-
mentée et imprévisible. «Ça n’a pas
toujours été rose. On se remet sou-
vent en question. Mais je ne regrette
rien, car j’ai eu tellement de belles
expériences et de beaux contacts »,
laisse-t-elle entendre.
Pour acquitter ses frais de voya-
ge, Michelle a fait mille et un petits
boulots.
Un peu de stabilité
Après toutes ses pérégrinations,
c’est donc en République dominicai-
ne qu’elle s’est momentanément ar-
rêtée. «J’ai décidé deme stabiliser un
peu. Je travaille sur le web pour une
compagnie canadienne. J’ai trouvé
ici unmoyen de vivre avec un certain
standard, et la distance raisonnable
avec le Québec me permet d’avoir
de la visite!», explique celle qui est
devenue maniaque de kitesurf.
Là-bas, disons-le, elle est aussi tom-
bée amoureuse… d’un Québécois.
Une fois tous les deux ans, elle s’offre
un mois au Québec pour remplacer
les conversations sur Skype par des
retrouvailles en chair et en os.
Avant et après
On ne ressort pas d’une tel-
le aventure sans avoir appris et
grandi, ne serait-ce qu’un tout
petit peu. « J’ai vécu tellement de
choses, j’espère être devenue une
meilleure personne», glisse Michelle
L’Espérance.
«Quand tu voyages intensément,
les choses n’ont pas toujours de bon
sens. Tu dois élargir ta vision des cho-
ses. Il faut tout remettre en perspec-
tive et réserver son jugement.»
Avant son départ, elle rêvait, entre
autres, d’approcher un grand requin
blanc, de s’engager dans l’aide huma-
nitaire et de rendre visite aux indigè-
nes de l’Amazonie. Sa liste n’est pas
encore complétée, mais on sait bien
que tout cela finira par se réaliser.
«Il y a encore plein d’endroits que
je veux voir…mais pas tout de suite »,
conclut-elle, visiblement sereine.
L
a dernière fois qu’on a parlé à la GranbyenneMichelle L’Espérance, c’était
en mai 2003, juste avant son grand départ pour un tour du monde en
solitaire. Un périple qu’elle comptait mener durant 15 ans.
photo
fournie
« J’ai vécu tellement de choses, j’espère être devenue une meilleure personne »,
glisse Michelle L’Espérance, qui vit maintenant en République dominicaine, tout
près de la mer.
une évidence. Durant trois ans, il
peaufine ses connaissances dans
une école, en donnant des cours
simultanément.
Depuis 11 ans, M. Dumouchel est
professeur de yoga à plein temps.
Il offre des cours aux Loisirs de
Granby, à Saint-Paul-d’Abbotsford
aussi, en plus de recevoir des
élèves chez lui, dans un joli local
en plein cœur de sa maison. Des
cours de groupe surtout, mais aussi
individuels.
Le bonheur, c’est ici
François Dumouchel n’a pres-
que plus de contact avec ceux qui
ont partagé sa vie avant le grand
changement. Il n’éprouve d’ailleurs
pas lemoindre regret de cette épo-
que qu’il qualifie d’ «administra-
tive». Depuis 2002, il n’a plus ja-
mais remis de cravate, confie-t-il
en riant. Il a même brûlé tous ses
diplômes.
Bien que rassurante, la routine
ne devrait pas modeler nos vies,
croit-il. «On vit en contradiction
avec l’univers en souhaitant la
routine!»
La vie, insiste-t-il, c’est d’être en
vie. «Je fais trois foismoins d’argent,
mais je suis dix fois plus heureux.»
La différence entre le François
d’avant et celui d’aujourd’hui ?
L’authenticité. « Je suis plus vrai,
plus près de ma vraie nature. Et
je vois davantage le bon côté des
choses.»
Il termine, tout sourire: «Je suis
passionné par la vie. Pourmoi, cha-
que jour est une aventure. »
photo
janick marois
Depuis 11 ans, François Dumouchel est professeur de yoga à plein temps. On le
voit ici chez lui, dans son local d’enseignement.
Isabel Authier
Mercredi 22 Octobre 2014 -
LA VOIX DE L’EST PLUS
P11
483, rue Boivin, Granby, 450 378-9915
ExpErt En mEcaniquE
X-ICE xi3
SÉCURITAIRE,
HIVER APRÈS HIVER
REmIsE postalE dE
À l’aCHat dE 4 pNEUs
70
$
• Réduit jusqu'à 10 % la
distance de freinage sur
la glace
• Plus longue durée de
la bande de roulement
du pneu
• Procure une économie
de carburant
Offre valide du 6 octobre au 15 décembre 2014. Détails en magasin.
3607075
1...,2,3,4,5,6,7,8,9,10 12,13,14,15,16,17,18,19,20,21,...28
Powered by FlippingBook