Background Image
Table of Contents Table of Contents
Previous Page  4 / 40 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 4 / 40 Next Page
Page Background

COLLABORATION SPÉCIALE

CHRONIQUE

Septembre et les huîtres

La saisondes huîtres commence avec l’arrivéede septembre, pour sepour-

suivre durant tous lesmois finissant en «bre» (octobre, novembre et décem-

bre). Pour plusieurs, ce mollusque est synonyme de festin, alors que pour

d’autres, son aspect visqueux suffit à les convaincre... de passer leur tour.

Pour ma part, je me situe entre les deux. J’ai longtemps fait partie de

ces enfants à qui il était difficile de faire apprécier autre chose qu’un bon

spaghetti ou un pâté chinois. Mère à mon tour, je comprends le découra-

gement de mes parents devant mes caprices alimentaires. En fait, il y a à

peine une dizaine d’années, je ne mangeais ni poisson ni fruits de mer.

Alors des huîtres ? Je n’osais même pas y penser !

Heureusement pour la profession que j’exerce aujourd’hui, j’ai ouvert

mes horizons enmatière de gastronomie et je suis maintenant enmesu-

re d’apprécier chaque aliment à sa juste valeur. Ma première expérience

avec les huîtres remonte à deux ans à peine. Comme quoi il n’y a pas

d’âge pour changer nos habitudes alimentaires et découvrir de nouveaux

mets. Et ce, même si parfois il faut faire preuve d’un peu d’audace et de

persévérance. D’ailleurs, pour ceux dont les huîtres ne font pas encore

partie de leur régime, je vous conseille, sur la base de ma propre expé-

rience, de commencer par des huîtres chaudes. Voici d’ailleurs une belle

recette pour vous initier à cet aliment. Cette dernière vous donnera peut-

être même le goût de les essayer nature par la suite.

24 huîtres.

Crème 15% (…ou 35% !)

Champignons déshydratés. (Que vous devez réhydrater avec du vin

blanc environ 15 minutes.)

Échalotes françaises coupées en dés.

Cheddar fort râpé.

Dans chacune des huîtres, verser un peu de crème au goût, quel-

ques échalotes françaises et un peu de champignons. Garnir le

tout avec le cheddar, puis mettre au four à 350 degrés Celsius

jusqu’à ce que le fromage soit doré.

Par ailleurs, un bel accord met-vin est également une belle

façon d’apprécier davantage vos huîtres. Le muscadet de la Loire

est sans doute l’accord classique par excellence.

Aujourd’hui, je vous propose le

Muscadet Sèvre et Maine,

Muscadet-Sèvre sur lie du Château de la Ragotière (Code

SAQ : 12 543 985 ; 16,50$).

C’est un vin délicat possédant une belle minéralité et une

belle acidité. Avec des notes de pommes, de poires et florales,

il s’accordera bien avec des huîtres à l’état pur et une mignon-

nette de pommes et céleris.

Fait intéressant, nous pouvons souvent lire lamention suivante

sur les bouteilles de muscadet : élevage sur lies. Dans l’élabo-

ration habituelle d’un vin, on procède à une étape nommée le

soutirage, qui consiste à séparer le vin de ses lies (levures mortes, matiè-

res résiduelles). Un élevage sur lies signifie que le vin est mis en bouteille

sans soutirage. Cette méthode a pour effet d’apporter un supplément de

rondeur et de vivacité au vin.

D’autre part, un party d’huîtres ne serait pas totalement réussi sans

bulles !

Pour vos prochains événements, je vous invite à vous procurer le

Cré-

mant de Bourgogne Brut de Pierre-Marie Chermette (Code SAQ :

11 537 073 ; 23,40 $

). Élaboré à 100% de chardonnay, ce mousseux se

caractérise par la finesse et l’élégance. Floral et fruité, il possède égale-

ment une belle minéralité pour se marier avec les huîtres. Les bulles et

les huîtres chaudes sont un accord parfait.

Que vous soyez initié ou non, vous avez là tous les ingrédients pour

réussir vos soirées d’huîtres automnales !

Santé !

MARIE ÈVEMARTEL

marie-eve.martel@lavoixdelest.ca

DanslecadredelasixièmeJournée

desparcsnationauxdelaSÉPAQ,le

Parc national de la Yamaska a fait

un beau cadeau à ses visiteurs le

week-end dernier, en dévoilant un

tout nouveau jeu de panneaux qui

permettra aux randonneurs d’en

apprendre davantage sur la faune

ailéedu réservoirChoinière.

À lamanièred’unmusée enpleinair,

les trois pancartes traitent du site en

tant qu’écosystème et comme halte

migratoire pour différentes espèces

d’oiseaux limicoles, c’est-à-dire qui

fréquentent les rivages et lesmilieux

humides.

«Avec ces pancartes, on veut met-

tre en valeur le patrimoine naturel.

Les oiseaux en sont une composan-

te importante », a fait savoir Alain

Mochon, responsable du service de

la conservation et de l’éducation au

parc national.

Le choix du site pour implanter

les pancartes n’a pas été laissé au

hasard. «Ici, c’est un endroit spécial.

La digue secondaire contribue à

maintenir le niveau d’eau du réser-

voir Choinière, indiqueM. Mochon.

C’est un site panoramique avec une

vue sur le réservoir, qui fait environ

5 kmde long,mais aussi unhaut lieu

d’observation des oiseaux au parc.»

On retrouve environ 244 espèces

d’oiseaux au parc de la Yamaska,

sur les 300 qui sont recensées au

Québec. «Bon anmal an, il y a envi-

ron 175 espèces observées dans

le parc par les ornithologues », fait

savoir le biologiste, ajoutant que

le parc fait partie des dix sites au

Québec où on observe le plus de

spécimens.

Cette grande diversité s’expli-

que, entre autres par la « multi-

tude de milieux et d’habitats » qui

se trouvent dans le parc national.

« Il y a un plan d’eau, des rives,

des forêts de conifères, des éra-

blières, des champs... Des milieux

qui attirent différentes espèces »,

explique le spécialiste.

L e s p a n n e a u x , a u c o û t

approximatif de 8000 $ par infras-

tructure, sont financés par la SÉPAQ,

et réalisés avec la collaboration de

la Fondation pour la sauvegarde

des écosystèmes du territoire de la

Haute-Yamaska (SÉTHY).

L’organisme a pour sa part ins-

tallé trois autres jeux de panneaux

au cours des dernières années, aux

abords des lacs Boivin et Roxton, et

sur la piste cyclable, aux abords de la

rivière Yamaska.

On espère en implanter un peu

partout au fil des prochaines années.

Survol de la faune

ailée de la Yamaska

À lamanière d’unmusée en plein air, les trois pancartes traitent du site en tant

qu’écosystème et comme haltemigratoire pour différentes espèces d’oiseaux

limicoles.

PHOTOCATHERINE TRUDEAU

P

MERCREDI SEPTEMBRE

Le Plus

Mesdames

,

ayez l’audace de penser à vous!

Nous recrutons!

Nous sommes à la recherche de FEMMES SANS EMPLOI

qui souhaitent relever de NOUVEAUX DÉFIS et SE RÉALISER

SUR LE PLAN PROFESSIONNEL.

450 378-2212

poste 236

Cette activité

est réalisée grâce

à la participation

financière de :

Appelle-nous!

3782059