Background Image
Table of Contents Table of Contents
Previous Page  6 / 40 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 6 / 40 Next Page
Page Background

ISABELLE GABORIAULT

isabelle.gaboriault@hebdoleplus.qc.ca

À l’âge de neuf ans, Emmanuelle

Caplette jouait de la caisse claire

dans lescorpsdetambourset clai-

ronsdeSorel. Aprèsavoir souvent

dormi avec ses baguettes, fait ses

classesenmusiqueetavoirvoyagé

ici et làpour vivredesexpériences

musicales toutes plus époustou-

flantes et surprenantes les unes

que lesautres, labatteuseserasur

lascèneduPalacedeGranbyleven-

dredi septembre. LaGranbyen-

ne d’adoption joue de la batterie

dans le spectacle de l’humoriste

Stéphane Rousseau intitulée

Un

peuprincesse.

Lemondeàl’envers?

« C’est vrai que c’est rare une fille

qui joue du

drum

, mais il y en a de

plus en plus », dit Emmanuelle, qui

connaît jusqu’àmaintenant un par-

cours sans fausses notes.

C’est sa première passion, déve-

loppée au sein de fanfares ici et

aux États-Unis, qui l’a menée vers

des études en musique au cégep

de Drummondville. «Les corps de

tambours ont été une belle école de

vie, raconte-t-elle. La batterie, c’était

la continuité. La suite logique.»

Après son DEC, elle décide «d’es-

sayer les auditions»pour êtreadmise

à l’UniversitédeMontréal. «Ils accep-

tent deux élèves de Drummondville

par année... et ils m’ont choisie ! »,

raconte-t-elle en riant. Mais un

contrat pour une tournée de

Cava-

lia

aux États-Unis est venu mettre

un terme à ses études universitaires.

La suite sera une succession de bel-

les rencontres et de réalisations de

grands rêves.

NORMAND, ANDYETSTÉPHANE

« Moi, je suis une fille de défis,

lance Emmanuelle. Un jour, j’ai

entendu Normand Brathwaite dire

qu’il manquait de drummeuse au

Québec. Je voulais travailler avec

lui ! J’ai tenté par tous les moyens

de le joindre. »

C’est un dimanche soir de jan-

vier que l’appel de l’animateur de

Belle et Bum

est arrivé. Quatremois

après que la batteuse lui ait posté

son démo DVD. « J’attendais ce

coup de fil depuis des années, ne

cache pas Emmanuelle. Il m’invi-

tait à faire le

Gala des Jutras

. Ça

a été mon baptême, en direct.

Méchant

test

! En musique, tu as

une chance. »

La musicienne a réussi à vivre la

pression que demande une diffu-

sion en direct, tout en jouant divers

styles musicaux. Ont suivi des par-

ticipations aux spectacles de la Fête

nationale àMontréal, à divers

Galas

Juste pour rire

, au

Grand rire deQué-

bec

et, bien sûr, à

Belle et Bum

. « Je

remplace Tony (Anthony Albino)

à l’occasion, dit-elle. Normand m’a

ouvert la porte. Il a cru enmoi.»

Sont venus ensuite le

Broco-Show

,

avec Annie Brocoli de 2008 à 2010,

une tournée avec Ima et une autre

avec Marilou. «Mon nom a circulé,

se réjouit la batteuse. J’ai fait plein

d’affaires. Au Québec, j’ai fait tout ce

que je voulais faire. Je rêvaismainte-

nant de jouer aux États-Unis.»

Sans s’expatrier, Emmanuelle

décide de profiter de ce qu’Internet

a à lui offrir pour s’ouvrir des portes.

Pas seulement des États américains,

mais dumonde entier. «Jeme disais

que je n’avais rien à perdre, lance-t-

elle. Je voulais simplement que les

gens me voient.»

Et elle a été vue...

Un jour, ellea reçuuncourriel d’An-

dy Summers, guitariste du groupe

The Police. Il l’invitait à faire les audi-

tions pour donner vie à un nouveau

groupe à lui, Circa Zero.

« Il m’a fait venir à Santa Moni-

ca, quatre jours en mai 2013,

pour les auditions, raconte-t-elle,

première surprise de la chan-

ce qu’elle a eue. Je suis retour-

née à Los Angeles une semaine

en juillet pour le lancement

de l’album et en octobre, il m’a

rappe l ée pour me d i re que

nous avions deux spectacles au

Shanghai Rolex Masters ! Ça a été

une de plus belles expériences de

ma vie. Quel beau

trip

. »

Elle doit d’ailleurs se pincer

quand elle se revoit en train de

jouer quelques classiques de The

Police avec Summers. « Je tripais !

J’en revenais tout simplement pas.

Andy Summers est un grandmusi-

cien, très humble. »

Après cette folle aventure, Emma-

nuelle a été appelée à travailler sur le

sixième spectacledeStéphaneRous-

seau. Une autre belle expérience qui

a duré deux ans, au Québec et en

France. Une tournée faite en com-

pagnie de son amoureux, David,

sonorisateur pour l’humoriste, et

avec qui elle a acheté une maison à

Granby.

Son association avec Rousseau

s’étend jusqu’au petit écran, car

depuis deux saisons, elle fait

partie du groupe sur l’émission

Sur invitation seulement

présen-

tée à TVA.

Quand l’humoriste s’envolera de

nouveau pour la France dans quel-

ques mois, le couple de Granby ne

sera toutefois pas du voyage. «On

arrête, confirme Emmanuelle. Je

veux offrir des cours de batterie

en ligne (

voir autre texte

). Je me

lance là-dedans tout en faisant mes

contrats en parallèle. Je vais faire ça

de chez nous. Je veux faire décou-

vrir ma passion et d’où je viens. »

Emmanuelle Caplette joue de la batterie. Une passion qui lui a permis de réa-

liser de nombreux rêves.

PHOTO JANICKMAROIS

Emmanuelle Caplette vient du

monde de la fanfare. Un milieu

où règnent un petit air de famille,

de la rigueur et de la discipline.

C’est là qu’elle a appris les bases

de son instrument et qu’elle s’est

familiarisée avec une technique et

une mécanique des doigts qu’elle

a ensuite appliquée à la batterie.

Montrer ce savoir, partager cette

approche, c’est ce qu’elle entend

faire sur le web, et ce, dès janvier.

«Les DVD, c’est fini, tranche-t-

elle. Maintenant, il faut que ce soit

rapide et efficace, directement

dans ton ordi. Je vais donner des

cours de batterie en ligne sous for-

me de capsules de cinq, dix minu-

tes, pour apprendre aux gens la

technique.»

Le tout dans le confort de son

studio personnel. Les capsules

seront offertes en français, en

anglais et, éventuellement, en

espagnol. Pour ceux et celles qui

souhaitent, par exemple, appren-

dre à jouer un tempo spécifique, il

sera également possible de suivre

un cours via Skype, en direct, avec

la batteuse. «Je souhaite mettre

25 capsules en ligne dès janvier et

je vais en mettre une nouvelle par

semaine ensuite», souligne-t-elle.

Après de nombreuses cliniques

offertes au Québec, en Espagne,

en Hollande, en Italie ou à Paris,

elle sait qu’elle propose une for-

mule gagnante. Un nouveau pro-

jet qui la fait vibrer et dont elle

entend parler plus en détail au

cours des prochains mois.

ISA

BELLE GABORIAULT

Frapper fort sur le web

La batteuse en compagnie de l’humoriste Stéphane Rousseau.

PHOTOFOURNIE

PAR EMMANUELLE CAPLETTE

EMMANUELLE CAPLETTE

Une Granbyenne d’adoption

qui fait du bruit

Unjour,Emmanuelleareçuuncourrield’AndySummers,guitaristedugroupeThe

Police. Il l’invitait à faire les auditions pour donner vie à un nouveau groupe, Circa

Zero. On la voit ici avecM. Summers et le chanteur RobGiles.

P

MERCREDI SEPTEMBRE

Le Plus