Table of Contents Table of Contents
Previous Page  4 / 24 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 4 / 24 Next Page
Page Background

Le yoga dans

tous ses états

COLLABORATION SPÉCIALE

Dominique Tremblay

dominique.tremblay@hebdoleplus.qc.ca

L’équilibre est un état de stabilité.

On peut définir la stabilité à partir de notre corps : être stable, ne pas

perdre pied. À partir des éléments et de l’équilibre des forces de la nature,

mais aussi par notre état mental : « cette personne est équilibrée ».

En terme Ayurvédique, la santé n’est pas juste mécanique ou physique.

Être heureux et épanoui font aussi partie de la recette. Pour cela, ça prend

de l’espace pour grandir et évoluer. Ça prend de l’air pour respirer. Ça

prend du feu pour enclencher les réactions chimiques. Ça prend de l’eau

pour lubrifier les tissus et, finalement, la terre pour la bonne structure

et la stabilité. C’est cet équilibre dynamique entre les éléments qui nous

permet de nous épanouir et de réaliser notre plein potentiel.

Du point de vue du yoga, l’enracinement, le lien avec la terre, va permet-

tre le maintien et l’émergence de cet état de plénitude ressenti quand les

éléments sont en harmonie. Pour développer force, courage et stabilité,

les postures debout et les postures d’équilibre vont grandement nous

aider. Notre respiration et l’attention dirigée à l’intérieur de soi permettent

un ancrage pour le mental. Nous sommes fatigués, car notre énergie est

grugée par les pensées et le tourbillon continuel de nos vies.

Chacun peut apporter à sa vie de légers changements afin de donner

l’espace nécessaire à cet équilibre dynamique. Pour moi, c’est un partage

entre le temps que j’offre aux autres et celui que je me permets.

Vous vous souvenez de cette sage parole :

« Il y a un temps pour pêcher

et un temps pour faire sécher les filets ».

L’équilibre est dans tout. À l’intérieur du temps, de notre alimentation,

de l’exercice que nous faisons (ou ne faisons pas), au travail, dans le repos,

dans nos vies sociale et familiale, à travers nos loisirs, nos pensées et nos

émotions.

Que choisissons-nous consciemment de faire ou de ne pas faire pour

maintenir un équilibre dans nos vies ? Nous avons définivement à y réflé-

chir. Mais attention, la perfection n’existe pas et la vie ne demande pas

ça ! Un petit pas à la fois tout simplement…

Voici quelques idées.

Marcher de 10 à 30 minutes tous les jours. S’asseoir en silence aumoins

10 minutes chaque jour. Écouter de la musique et chanter. Fonder sa vie

sur les trois E : Énergie, Enthousiasme et Empathie. Organiser ses jour-

nées sans les surcharger. Lire tous les jours. Rire tous les jours, mais aussi

faire rire quelqu’un. Diminuer les aliments industriels. Manger local et de

saison. Éliminer le désordre (voiture, maison, etc.). Ne pas trop se pren-

dre au sérieux. Investir son énergie dans le positif et bien s’entourer. Man-

ger en tranquillité. Faire la paix avec son passé. Voir ce que la vie nous

offre (Samtosha). Profiter de nos talents et en faire profiter les autres.

Nous n’avons pas le contrôle sur ce qui arrive, mais sur ce qu’on en fait.

Et vous, quels sont vos choix pour retrouver ou maintenir votre

équilibre ?

L’équilibre

76, rue Dufferin, Granby, Québec, J2G 9L4

Une division de

La Voix de l’Est

450-375-4555

redaction@hebdoleplus.qc.ca

Heures de tombée

Rédaction: vendredi 13h

Publicité: vendredi à 16h

Présidente et éditrice

:

Louise Boisvert

Coordonnatrice

:

Isabelle Gaboriault

Directeur principal des ventes

:

Sylvain Denault

Directeur principal marketing

:

Christian Malo

Le directeur général de la Fondation Gérard-Bossé, Alain Massé, aux côtés d’André Plouffe, de Pierre Gravel et

d’Audrey Roy.

PHOTOS JANICKMAROIS

MARIE ÈVEMARTEL

marie-eve.martel@lavoixdelest.ca

Cen’estpasparcequ’onneseclas-

sepasparmilespremiersqu’onn’a

pasfaitd’efforts.LaFondationGé-

rard-Bossé lereconnaît trèsbien.

Pour cette raison, l’organisme

récompensera, pour la troisième

année consécutive, deux jeunes

adultesdelarégionayantpersévé-

réàtraversmoultesdifficultés,et

quiontréussiàaméliorerleursort.

Le gala Vert la relève aura lieu

sur le coup de 18 heures, le jeu-

di 26 novembre prochain dans

les locaux de Partage Notre-

Dame. On y dévoilera alors

qui se partagera 500 $ en bour-

ses parmi ceux qui auront fait

parvenir leur candidature à la

Fondation.

Entre autres critères de sélec-

tion, les candidats de 18 et

35 ans vivant une situation

financière précaire, devront

avoir surmonté des difficultés

au cours de leur vie et réalisé,

malgré cela, un cheminement

d’intégration sociale, que ce

soit par un retour aux études

ou en intégrant le marché de

l’emploi. Ces jeunes adultes ont

fait le choix de prendre active-

ment leur vie en main pour se

sortir de la misère et c’est ce

que la Fondation cherche à

récompenser.

« Pour certains jeunes, juste

le fait de retourner à l’école ou

d’entreprendre une démarche

en alphabétisation, c’est tout un

défi. Ça vaut la peine de souli-

gner la persévérance de ces

jeunes-là », indique Alain Mas-

sé, directeur général de la Fon-

dation qui œuvre à permettre

aux jeunes adultes de s’intégrer

dans la société en développant

leurs aptitudes, leurs compéten-

ces et leur estime de soi.

DES RÉSULTATS

« Il y a un adage qui dit que si

on veut que les jeunes se res-

ponsabilisent envers la société,

il faut être responsables envers

eux, allègue le président du

conseil d’administration de la

Fondation, André Plouffe. La

Fondation, c’est une façon de

les amener à mieux s’intégrer

et à développer leurs capacités

d’employabilité et de citoyen-

neté. Pour nous, c’est aussi un

signal clair que ces jeunes-là ne

sont pas tous seuls là-dedans. »

Déjà, ces jeunes adultes peu-

vent prendre part à des ate-

liers pour réaliser leur plein

potentiel, qu’ils peuvent ensui-

te mettre en application au

sein des diverses activités de

l’organisme.

Une formule qui donne des

résultats, puisque plusieurs

décrocheurs ont pu, après leur

passage à la Fondation, terminer

des études, se dénicher un emploi

stable et devenir autonomes. Du

lot, notons Simon Robert, super-

viseur chez Écolo-Vélo du Cœur.

Avant de prendre la tête de ce

volet de la Fondation, il a lui-

même fait partie des jeunes en

réintégration sociale, remportant

même la première bourse remise

dans le cadre du gala.

La Fondation espère réunir

80 personnes lors du gala, où on

pourra entendre le témoignages

de jeunes lauréats. Des billets

sont en vente au coût de 37,50 $,

en échange de quoi un reçu

de charité de 25 $ sera remis.

Les billets sont disponibles

au magasin de la rue Cowie.

On peut aussi se les procurer

en contactant l’organisme au

450-991-6626 et via Facebook.

E

GALA VERT LA RELÈVE

Un investissement

qui rapporte gros

P

MERCREDI NOVEMBRE

Le Plus