Table of Contents Table of Contents
Previous Page  10 / 20 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 10 / 20 Next Page
Page Background

Le stress peut venir de partout. Du travail, de la famille. Il peut aussi

être causé par une souffrance physique ou morale. On ressent du

stress quand notre vie est surchargée, quand nos besoins fon-

damentaux ne sont pas respectés et quand on perd ses repères.

Nous savons que le yoga aide à la gestion du stress. Le yoga, grâ-

ce à son approche humaine et globale, nous reconnecte à nous-

mêmes. Un des premiers bienfaits ressentis est cette incroyable

sensation dans notre corps ; une détente, une certaine paix.

On note souvent que le sommeil est plus réparateur, moins agi-

té. Par les asanas, la respiration consciente et la relaxation, nous

rééduquons et nourrissons l’ensemble de notre système nerveux

central (SNC).

Le corps humain est bien conçu, mais quand il se dérègle, il pei-

ne à retrouver son ancrage. En plus du SNC, nous possédons un

système nerveux autonome responsable des fonctions automati-

ques de l’organisme. Deux branches le composent soit le système

sympathique et le parasympathique. Le système sympathique

agit de façon spontanée en réponse aux stimulus extérieurs. Il est

responsable du réflexe de « fuite ou lutte » qui se déclenche pour

quatre à six secondes chaque fois que l’on rencontre une situation

nouvelle et potentiellement menaçante. Son rôle est important,

car il prépare le corps à l’action. Il dilate les pupilles, augmente

les battements du cœur et la pression artérielle, diminue l’apport

en sang dans les vaisseaux sanguins et il sécrète les hormones

nécessaires à son efficacité.

Le système nerveux parasympathique, quant à lui, agit plutôt

comme un frein. Son bon fonctionnement ralentit les fréquen-

ces cardiaques et diminue la pression artérielle. Il augmente la

sécrétion salivaire, gastrique et intestinale. Avec sa collaboration,

le corps se détend. Il gère notre métabolisme et permet à nos

fonctions vitales d’être à leurs meilleures. Il provoque la réponse

de relaxation et occupe une grande place dans une classe de yoga.

Le yoga permet une rééducation et un renforcement des nerfs

sensitifs et moteurs. Il y a aussi une rééducation progressive du

système nerveux sympathique pour l’entraîner à faire cesser les

réactions de « fuite ou lutte » quand ce n’est pas nécessaire. Dans

notre pratique de yoga, nous respirons par le nez. Le ralentisse-

ment causé par ce mode de respiration est un apport essentiel à la

réponse de relaxation qui permet à notre système parasympathi-

que de mieux faire son travail. Ces nouvelles aptitudes acquises

durant les cours de yoga se transposeront graduellement dans

la vie de tous les jours et on découvrira bientôt qu’on est beau-

coup plus habiles à sentir notre corps et à bouger avec aisance.

On se voit aussi composer plus sereinement avec les situations

de stress qui, autrefois, nous faisaient perdre les pédales, nous

laissant exténués et confus.

L’équilibre de notre santé nerveuse passe inévitablement par

une meilleure respiration et, essentiellement, par l’espace que

l’on donne à nos besoins vitaux tels que dormir, boire et manger.

Bon yoga à tous !

La gestion

du stress

Le yoga dans

tous ses états

COLLABORATION SPÉCIALE

Dominique Tremblay

dominique.tremblay@hebdoleplus.qc.ca

CHRONIQUE

ISABEL AUTHIER

isabel.authier@lavoixdelest.ca

Un nouveau recueil de nouvelles

érotiques, intitulé à juste titre

Travaux manuels

, est arrivé chez

les libraires récemment. Et parmi

les auteurs invités à y mettre

leur grain de sel — bien salé, il

va sans dire —, apparaît le nom

de la Granbyenne Sarah-Maude

Beauchesne.

L’auteure des

Fourchettes

, de

Cœur

de slush

et du prochain

Lèche-

vitrines

a beau clamer haut et fort

qu’elle ne fait pas de littérature

érotique, reste que la ligne est

bien mince. « Je n’aime pas les éti-

quettes. Je n’écris rien de graphi-

que ou de sexuel », insiste-t-elle.

Toujours est-il que le direc-

teur littéraire de la publication,

Stéphane Dompierre, a fait appel

à la plume de Sarah-Maude pour

qu’elle rédige une nouvelle de

son cru. « Stéphane m’a écrit

sur Facebook. Il aime ce que je

fais. Et le projet me plaisait, car

ça regroupait des auteurs de la

relève. »

Considéré comme la suite de

l’œuvre collective

Nu

, aussi diri-

gée par Stéphane Dompierre en

2014,

Travaux manuels

met aussi

en vedette les auteurs Mélikah

Abdelmoumen, Caroline Allard,

Ryad Assani-Razaki, Stéphanie

Boulay, Simon Boulerice, Mylè-

ne Fortin, Michel-Olivier Gasse,

Mathieu Handfield, Geneviève

Jannelle, Isabelle Laflèche, Sara

Lazzaroni, Dany Leclair, Maxi-

me Olivier Moutier et Alexandre

Soublière.

Paraît-il qu’il y est question

d’ébats sur l’autoroute 20, de fan-

tasmes d’ados, de jalousie, de

soirées coquines et de voyage en

solo. Entre autres.

CARTE BLANCHE

Selon Sarah-Maude, la directi-

ve aux auteurs était à la fois sim-

ple et complexe : « On avait carte

blanche, mais il fallait que ça don-

ne des chaleurs », résume-t-elle.

« On a chacun notre vision et

nos fantasmes, qu’on n’ose jamais

écrire. C’est agréable de se met-

tre dans la peau de quelqu’un

d’autre. C’était un défi personnel

de faire quelque chose à l’opposé

de moi. »

Au premier abord, la comman-

de l’angoissait un peu, admet-elle.

Quatre filles, un chalet, du vin et

une séance de remue-méninges

plus tard, une idée germait.

Quelque temps plus tard nais-

sait

La Madrague

, une nouvelle

dont elle est fière. « C’est sur-

prenant, très sensuel, très doux

et très féminin. Je dirais intense

aussi... et très génération Y. »

Mais encore ? « Je préfère gar-

der le mystère ! » Chose certaine,

ajoute-t-elle, son public reconnaî-

tra son écriture distinctive.

Et chose encore plus certaine,

c’est que cet exercice littéraire

aura été une bonne pratique pour

le livre pour adultes qu’elle compte

mettre sur papier quand elle aura

le temps.

Le lancement officiel de

Travaux

manuels

aura lieu le 10 février à

Montréal.

RECUEILDENOUVELLES ÉROTIQUES

TRAVAUXMANUELS

Le grain de sel

de Sarah-Maude

Pour les besoins de cette œuvre collective, Sarah-Maude Beauchesne a imaginé la nouvelle

La Madrague.

PHOTO

ARCHIVES LA PRESSE

P

MERCREDI FÉVRIER

Le Plus