Table of Contents Table of Contents
Previous Page  8 / 44 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 8 / 44 Next Page
Page Background

e u

k j

u h

u

i

f

u

u

b

u u

u u

u u

u

u

u

u

u

u

CHRONIQUE

u u

u u

u u

u

u

u

u

u

u

Des huit espèces de chauves-souris

présentes au Québec, le vespertilion

brun a longtemps été le plus nombreux,

comptant à lui seul autant d’individus

que chez les sept autres espèces réu-

nies. Il appartient à l’ordre des chiroptè-

res, mot qui signifie « mains ailées ». Ce

groupe de mammifères rassemble plus

de 950 espèces, constituant le second

groupe en importance après celui des

rongeurs. Ce sont les seuls mammifères

capables de voler véritablement, par bat-

tement d’ailes. Nocturnes et insectivores,

ils utilisent l’écholocation pour se diriger

et repérer leurs proies.

La reproduction se fait à l’automne,

à l’occasion des rassemblements pour

l’hibernation. La femelle conserve le

sperme pendant plusieurs mois, retar-

dant la fécondation jusqu’au printemps,

période où elles se regroupent en mater-

nités pour la mise-bas. Le vespertilion

brun n’a habituellement qu’un bébé par

année car, à sa naissance, celui-ci pèse

déjà le tiers du poids de sa maman. Lors

des premiers jours, il reste accroché à

la mamelle de sa mère grâce à ses dents

de lait. Une fois devenu trop lourd, il est

laissé à la « garderie » où il est parfois

nourri par d’autres femelles, pendant

que sa mère part s’alimenter.

Le faible taux de natalité est compensé

par une longévité exceptionnelle de près

d’une vingtaine d’années, soit 12 fois

plus que les mammifères de poids équi-

valent. Les chercheurs croient que cette

longévité est attribuable au fort ralentis-

sement de son métabolisme, puisqu’il

hiberne durant six mois et dort une ving-

taine d’heures par jour en saison active.

Cette longévité est toutefois com-

promise depuis dix ans par le syn-

drome du museau blanc qui fauche

radicalement les espèces cavernicoles.

Un champignon d’Europe, possiblement

introduit par des visiteurs spéléologues,

se propage dans les conditions d’humi-

dité et température des sites d’hiberna-

tion recherchés. Il s’attache notamment

au museau de l’animal et provoque une

importante déshydratation. Obligé de se

réveiller fréquemment pour s’abreuver,

le vespertilion consomme trop d’énergie

à restaurer fréquemment son métabolis-

me normal. Il finit par épuiser ses réser-

ves et mourir de faim. La population a

déjà été exterminée à près de 94 % et,

d’ici une dizaine d’années, elle pourrait

être réduite à moins de 1 % des effectifs

initiaux.

MICHEL AUBÉ

PROFESSEURASSOCIÉ, UNIVERSITÉ

DE SHERBROOKE

ET VICE PRÉSIDENTDUCONSEIL

D’ADMINISTRATIONDUCINLB

La mort blanche sur les ailes sombres de la nuit

LE BALAI DU SORCIER AU CINLB

Le vendredi octobre, de h à

h , dans la forêt enchantée du Centre d’interprétation de la

nature du lac Boivin, vous risquez de faire des rencontres étonnantes et surprenantes avec des person-

nages qui ne sortent que la nuit... Sursauts, frissons et surprises sucrées attendent petits et grands, car

le parcours s’adresse aux familles avec de jeunes enfants, n’étant pas trop effrayant. La marche dure

entre minutes et une heure. L’accueil se fait au pavillon principal du CINLB. Plusieurs départs sont

prévus toutes les minutes entre h et

h . Les places sont limitées pour chaque horaire. Il

faut réserver le vôtre dèsmaintenant. C’est /adulte; /enfant,

/famille ( adultes et enfants),

taxes comprises. C’est gratuit pour les enfants de ans et moins. L’activité aura lieu beau temps, mau-

vais temps. Réservez en personne au CINLB ou par téléphone au

- -

. Paiements acceptés:

Interact et cartes de crédits MasterCard et Visa. Les heures d’ouverture du CINLB sont du lundi au

vendredi de h à h et le samedi et le dimanche de h à h.

P

MERCREDI OCTOBRE

Le Plus

5094216