Table of Contents Table of Contents
Previous Page  15 / 40 Next Page
Information
Show Menu
Previous Page 15 / 40 Next Page
Page Background

laVoixdel’Est

mercredi 25 octobre 2017

R3

la voix de bromont

Jean-François Guillet

jean-francois.guillet@lavoixdelest.ca

En sedotant d’unplandedévelop-

pement durableen2012, Bromont

souhaitait jeter lesbasesd’actions

concrètes àposer par laVille,mais

aussi par lacommunauté. Àcecha-

pitre, lamunicipalitédresse unbi-

lan somme toute positif des cinq

premières annéesdedéploiement

duplan, car60%desengagements

qui en découlent sont réalisés ou

en voie de l’être.

Militante de la première heure

pour l’élaboration et l’applica-

tion d’un plan de développement

durable à Bromont, la mai-

resse Pauline Quinlan constate

avec fierté le chemin parcouru.

« À mon arrivée à la Ville en 1998,

le développement durable était

une préoccupation des citoyens.

Ils se demandaient comment faire

pour que la municipalité [pour-

suive son essor] tout en préser-

vant ce qui est précieux pour la

collectivité. [...] Mais c’est bien

beau avoir des idées, ça prend

tout de même des lignes direc-

trices. D’un autre côté, le défi

quand tu adoptes un plan, c’est

de ne pas le laisser sur le coin du

bureau, image-t-elle. C’est pour

cette raison que la Ville a pris

des engagements. Et je peux dire

qu’ensemble, avec les citoyens, on

a réussi à faire de belles choses. »

En fait, ce plan est le fruit de

deux ans de réflexion. Près de

500 personnes, de tous horizons,

ont été impliquées dans la réalisa-

tion de ce projet de longue haleine,

au coeur duquel s’articulent « les

aspirations pour Bromont en

2030. » Or, pour bien des gens, le

développement durable demeure

plutôt abstrait. D’où l’importance

de démythifier, de vulgariser les

bases de ce concept, fait valoir

celle qui a oeuvré pendant 34 ans

en éducation. « Lorsqu’on pense

au développement durable, le

premier mot qui vient souvent en

tête est environnement. Pourtant,

ça comporte aussi d’importants

volets sociaux et économiques »,

rappelle Pauline Quinlan, qui a

fait de ce dossier un enjeu électo-

ral lors de sa campagne en 2009.

Actions et

conscientisation

Au cours des cinq dernières

années, les actions posées en

matière de développement durable

s’articulent autour de cinq thèmes :

l’économie, le territoire, l’eau,

la communauté et l’utilisation

efficace des ressources, puis la

réduction des gaz à effet de serre

(GES). En ce qui concerne l’éco-

nomie, deux grands engagements

pris en 2012 ont été réalisés.

L’un d’eux est la mise en place

d’un plan directeur des infras-

tructures. « C’est très précieux.

Ça nous permet de prendre les

bonnes décisions », indique

M

me

Quinlan. Idem au sujet du

technoparc en 2016. Des travaux

sont aussi en cours, ainsi que des

pourparlers avec le ministère des

Transports, notamment pour

améliorer la sécurité, l’accessi-

bilité et la fluidité de la circula-

tion dans le boulevard Bromont.

La politique d’achat responsable

et la formation des employés au

développement durable n’ont tou-

tefois pas été complétées.

La nouvelle mouture du plan

d’urbanisme, adoptée il y a

quelques mois, constitue la pierre

angulaire des réalisations au sujet

du territoire. Un plan directeur a

également été entériné en 2014

en partenariat avec l’organisme

Amis des sentiers. De plus, un

programme de mise en valeur des

bâtiments patrimoniaux en est à

ses balbutiements.

L’ un e d e s i n i t i a t i v e s qu i

retiennent beaucoup l’attention à

propos de la protection des cours

d’eau est le projet Phoslock. Celui-

ci consiste à déverser plusieurs

tonnes d’un composé d’argile et

de lanthane, non-toxique pour

l’humain, pour contrer l’appari-

tion de cyanobactéries dans le lac

Bromont. Rappelons que l’appli-

cation de ce produit sera une pre-

mière au Québec.

Du côté des actions commu-

nautaires, l’aménagement d’une

place publique au coeur du Vieux-

Village est en voie de se concré-

tiser. Un panier destiné aux nou-

veaux citoyens, contenant entre

autres des informations de premier

ordre à propos de la localité et ses

services, est désormais offert.

Au chapitre des GES, puis des

matières résiduelles, soulignons

l’entrée en vigueur de la collecte

à trois voies, avec l’ajout du bac

brun en 2015. « Ça a été tout un

travail pédagogique, mais les

résultats en valent vraiment le

coup, mentionne M

me

Quinlan.

C’est une très belle réussite. »

Parmi les 35 actions spécifiques

regroupées dans le plan de déve-

loppement durable en 2012,

toutes catégories confondues,

une dizaine ont été complétées,

soit près de 30 %. On parle d’un

pourcentage similaire pour celles

« en voie de réalisation », tandis

que 14 % en sont au stade préli-

minaire, puis 26 % n’ont pas été

lancées. Toutefois, plusieurs ini-

tiatives ne figurant pas au plan ini-

tial ont vu le jour. Notons le projet

d’autopartage de véhicule élec-

trique et l’acquisition de terrains

voués à la conservation. Il incom-

bera donc au prochain conseil

d’élaborer les orientations à venir

pour 2013-2018.

Plan de développement durable

Passer de la vision à l’action

L’unedes initiatives qui retiennent beaucoup l’attention àpropos de laprotectiondes cours d’eauest leprojet Phoslock.

Celui-ci consiste à déverser plusieurs tonnes d’un composé d’argile et de lanthane, non-toxique pour l’humain, pour

contrer l’apparitionde cyanobactéries dans le lacBromont. Rappelons que l’applicationde ceproduit seraunepremière

au Québec.

—photo JanickMarois

5235746

M

e

Ève Bellefleur

Notaire

Immobilier

Copropriété

Testament

Mandat

Corporatif

Droit des successions

15, boul. Bromont, local 100, Bromont | 474, rue Desjardins Sud, Granby

Tél. : 450 777-1100 • Téléc. : 450 777-5506

Il y a de meilleures

façons de délimiter

son terrain...

danieltouchette.ca

450 777-8883

G R A N B Y

B R O M O N T

450 534-0028

ARPENTAGE DE TERRES

DEMANDE D’AUTORISATION

À LA CPTAQ

RECONNAISSANCE DE DROITS

ACQUIS À LA CPTAQ

CERTIFICAT DE LOCALISATION

IMPLANTATION DE BÂTIMENTS

PIQUETAGE

BORNAGE